Les logiciels libres - un exemple d'émancipation

Un article très bien explicant le concept du libre (en français) est écrit par Hervé Le Crosnier. Intitulé «Leçons d'émancipation : l'exemple du mouvement des logiciels libres», il décrit très bien la nature du mouvement, la nécessité d'avoir le code source à disponibilité par tous, etc.

Ce que j'ai aimé le plus, était le début, quant il a parlé des rapport du mouvement vers lui-même. Comme une chercheure dont le sujet touche aux logiciels libres, et comme une libriste qui participe au mouvement à base quotidienne, je suis defois d'accord qu'on fait des découvertes et de l'innovation à chaque pas, mais qu'on ne les considère pas comme tels. Ni on se mêle dans d'autres domaines...

Un mouvement ne parle que rarement de lui-même. Il agit, propose, théorise parfois sa propre pratique, mais ne se mêle qu’exceptionnellement de la descendance de son action dans les autres domaines, qu’ils soient analogues, tels ici les autres mouvements dans le cadre de la propriété immatérielle, ou qu’ils soient plus globalement anti-systémiques. Les incises sur le rôle politique du mouvement du logiciel libre dans la phase actuelle et sa puissance d’émancipation ne sont donc que mes propres interprétations... même si une large partie du mouvement en partage, si ce n’est l’expression, du moins le substrat. Mais d’autres, pourtant membres du même ouvement, et construisant eux aussi le bien commun du logiciel libre pourraient penser que leur motifs d’adhésion et leur objectifs restent largement différents, considérant l’élaboration de logiciels libres comme une autre approche de l’activité capitalistique et de marché, mais qui leur semble plus adaptée au travail immatériel. Approche « pragmatique » et approche « philosophique » ne sont pas incompatibles, c’est du moins la principale leçon politique que je pense tirer de ce mouvement et de son impact plus global sur toute la société. Car si un mouvement ne parle pas de lui-même, il « fait parler » et exprime autant qu’il ne s’exprime. Le mouvement des logiciels libres, et ses diverses tendances, est plus encore dans ce cas de figure, car son initiateur, Richard M. Stallman n’hésite pour sa part jamais à placer les fondements philosophiques au coeur de l’action du mouvement.